Ce fight féminin tant attendu

CBA
La catégorie féminine en UFC est aussi passionnante à suivre que celle des hommes, surtout si on « focus » sur le haut du tableau, à savoir la tenante incontestée de la ceinture la belle Ronda Rousey et ses cheveux de feu et sa prétendante N°1 Cat Zingano la brune bodybuildéé.

Un point commun pour les 2 athlètes : Toutes deux sont jusqu’ici invaincues (enfin avant leur confrontation, 10-0 pour Rousey et 9-0 pour Zingano).
Ronda on la connait tous, sérieuse, très solide et équilibrée en stand up grâce à son passé de judoka, elle possède également une technique incroyable pour ce qui est des prises de JJB, ses nombreuses soumissions en témoignent, toutes ses adversaires qui ont tapé sous l’emprise d’une de ses clés de bras ou étranglement ne me contrediront pas. Sa condition physique est irréprochable pour tenir 5 rounds de suite sans problème même si la championne va rarement au delà du 1er round pour éliminer ses opposantes. C’est une finisseuse silencieuse, elle ne gagne jamais par décision de l’arbitre mais uniquement par K.O technique ou abandon de l’adversaire.

Son adversaire du jour, Cat, contre qui elle va défendre son titre et sa ceinture de championne, est à n’en pas douter celle qui sur le papier a le meilleur potentiel pour l’affronter et la battre. Son principal atout est sa combativité et son agressivité constante.
On ne pouvait donc pas espérer meilleure affiche que ces 2 championnes pour une finale d’anthologie.

Je règle mon réveil pour ne pas rater cet évènement sur Kombat Sport, RTL9 diffusant moins ou plus de combats UFC.
Vient enfin le main event, je m’attends à quelque chose d’exceptionnel, un combat âpre et disputé, même s’il est de courte durée.
Quelle ne fut pas ma surprise, partagée avec le public présent dans la salle et tous les téléspectateurs rivés sur leurs écrans tv, quant à l’issue de cette finale tant espérée.

Je me dis que toutes les 2 sont motivées et archi prêtes. C’est à Cat de faire son jeu et prouver qu’elle mérite cette finale. Je ne doute à aucun instant du travail et des sacrifices qu’elle a du faire pendant des mois entiers pour se préparer et être prête ce soir.
Après les présentations d’usage de la voix la plus grave des rings, le gong retentit enfin pour marquer le début des hostilités. Les allers et venus dans l’octogone des 2 athlètes démontrent une détermination hors norme dans les 2 camps. Rien que leurs regards pourraient tuer, et je pèse mes mots. On se croirait direct dans un western à la Sergio Leone avec un duel visuel.

A la première seconde, sans aucune phase d’observation, la challenger se précipite, que dis-je, se rue littéralement comme une hérétique sur Rousey, lui assénant un coup de genou sauté et aérien à la tête. Coup qui ne porte pas totalement et dont Rousey esquive l’impact par une contorsion si rapide et acrobatique que même le ralenti est trop rapide pour décortiquer les mouvements. Les 2 femmes exécutent une pirouette toujours l’une contre l’autre, si bien qu’une fois de l’autre coté, Cat se retrouve en dessous et Ronda à moitié à cheval sur ses épaules et sa tête.

La pirouette, pour se défaire de l’attaque de Cat était si rapide et acrobatique que j’ai un peu craint que Ronda ne se casse un bras à la suite de ce mouvement brutal.
Cette dernière marque un temps de pause, toujours en position dominante sur Cat, puis nous enchaine un mouvement venu de je ne sais quelle planète, pour juste avec la force de sa jambe immobiliser tout le corps de cat. Ne lui reste plus qu’à finaliser sa clé de bras d’une seule main presque.

Zingano n’a pas pu faire le moindre geste pour se défendre et se dépêtrer de cette position fort inconfortable. Elle n’a même pas le temps de se rendre compte de la situation que la douleur tout au long de son bras la force à taper sur le tapis, signant par ce geste son incapacité à renverser la situation mais surtout son abandon dès le 1er round.

Après une minute pour me remettre de cette énorme surprise (pas dans l’issue du combat car j’ai misé sur Rousey, mais sur la rapidité de la confrontation), je peux enfin faire un débrief du fight.

Cat Zingano a voulu prendre le match à son compte, on ne peut pas lui en vouloir pour cela, qui ne l’aurait pas fait à sa place pour se donner une chance de battre la championne ?
Elle dicte son jeu pour ne pas subir et se dit que la seule façon de la battre et de l’attaquer et la harceler mais pas au 2è ni 3è et encore moins au 4è et 5è round; non sa tactique est de mettre la pression dès la première seconde du premier round. C’est légitime venant d’une gagnante comme elle.

Mais les faits sont là, en voulant gagner vite, elle a perdu encore plus vite.
Elle vient tout simplement de rentrer dans les annales de l’UFC en concédant la défaite par soumission la plus rapide de l’histoire du free – fight féminin et dans une finale pour la ceinture de surcroit.
On parle là de 13 secondes uniquement !
C’est l’équivalent de juste un unique assaut, rien de plus. Inutile de vous préciser que Ronda Rousey n’a pas eu le temps de recevoir un seul coup ni même de transpirer.
Elle était prête, elle est venue et a bouclé l’affaire en juste 13 secondes chrono. Tout est dit.

Elle dira humblement au micro après match que cette combinaison elle l’a essayé à l’entrainement et que ce soir elle l’a passé et ça a marché, simple à dire comme cela mais elle nous a prouvé par A + B qu’elle maitrise son sujet avec brillo.
Elle mérite son titre de championne et rentrera encore chez elle sa ceinture à l’épaule.
Son palmarès s’étoffe d’une victoire supplémentaire mais quelle victoire, une soirée dont elle se souviendra longtemps tout comme nous on se souviendra de son sourire épanouie ce beau soir de match.

Quant à Cat Zingano, son désespoir fait peine à voir. Le commentateur sportif insiste pour lui demander ce qui a bien pu se passer. Elle même l’ignore tant sa déception est grande ce soir. Elle voudrait tout oublier et que rien ne ce soit passé mais on ne peut pas refaire le monde avec des si.
Son désir est de tout recommencer, mais Dana White ne peut donner en claquent des doigts une chance à toutes les prétendantes. Elle a eu sa chance mais n’a pas su la saisir comme elle aurait voulu. Il lui reste à prouver qu’elle pourra remonter dans l’octogone pour une autre finale de titre. Cela passera forcément par beaucoup de combats à 3 rounds avant de décrocher un autre combats à 5 rounds.
Elle est jeune, elle est persévérante, elle doit tirer leçon de cette défaite et s’en servir pour mieux rebondir.
Si elle revient, ce dont je ne doute pas, on sera là pour assister à sa revanche.

Mais Ronda Rousey de son côté ne va pas se reposer sur ses lauriers en attendant son retour probable. Non elle va retourner elle aussi à la salle pour suer, souffrir et martyriser les pao et les punching ball, car elle sait qu’une dizaine de Zingano se poussent au portillon et rêvent de la destituer et de lui ravir sa ceinture.
A ses débuts dans le circuit, son but était de détenir la ceinture, depuis il est désormais de la conserver.


Archive pour mars, 2015

Ce fight féminin tant attendu

CBA
La catégorie féminine en UFC est aussi passionnante à suivre que celle des hommes, surtout si on « focus » sur le haut du tableau, à savoir la tenante incontestée de la ceinture la belle Ronda Rousey et ses cheveux de feu et sa prétendante N°1 Cat Zingano la brune bodybuildéé.

Un point commun pour les 2 athlètes : Toutes deux sont jusqu’ici invaincues (enfin avant leur confrontation, 10-0 pour Rousey et 9-0 pour Zingano).
Ronda on la connait tous, sérieuse, très solide et équilibrée en stand up grâce à son passé de judoka, elle possède également une technique incroyable pour ce qui est des prises de JJB, ses nombreuses soumissions en témoignent, toutes ses adversaires qui ont tapé sous l’emprise d’une de ses clés de bras ou étranglement ne me contrediront pas. Sa condition physique est irréprochable pour tenir 5 rounds de suite sans problème même si la championne va rarement au delà du 1er round pour éliminer ses opposantes. C’est une finisseuse silencieuse, elle ne gagne jamais par décision de l’arbitre mais uniquement par K.O technique ou abandon de l’adversaire.

Son adversaire du jour, Cat, contre qui elle va défendre son titre et sa ceinture de championne, est à n’en pas douter celle qui sur le papier a le meilleur potentiel pour l’affronter et la battre. Son principal atout est sa combativité et son agressivité constante.
On ne pouvait donc pas espérer meilleure affiche que ces 2 championnes pour une finale d’anthologie.

Je règle mon réveil pour ne pas rater cet évènement sur Kombat Sport, RTL9 diffusant moins ou plus de combats UFC.
Vient enfin le main event, je m’attends à quelque chose d’exceptionnel, un combat âpre et disputé, même s’il est de courte durée.
Quelle ne fut pas ma surprise, partagée avec le public présent dans la salle et tous les téléspectateurs rivés sur leurs écrans tv, quant à l’issue de cette finale tant espérée.

Je me dis que toutes les 2 sont motivées et archi prêtes. C’est à Cat de faire son jeu et prouver qu’elle mérite cette finale. Je ne doute à aucun instant du travail et des sacrifices qu’elle a du faire pendant des mois entiers pour se préparer et être prête ce soir.
Après les présentations d’usage de la voix la plus grave des rings, le gong retentit enfin pour marquer le début des hostilités. Les allers et venus dans l’octogone des 2 athlètes démontrent une détermination hors norme dans les 2 camps. Rien que leurs regards pourraient tuer, et je pèse mes mots. On se croirait direct dans un western à la Sergio Leone avec un duel visuel.

A la première seconde, sans aucune phase d’observation, la challenger se précipite, que dis-je, se rue littéralement comme une hérétique sur Rousey, lui assénant un coup de genou sauté et aérien à la tête. Coup qui ne porte pas totalement et dont Rousey esquive l’impact par une contorsion si rapide et acrobatique que même le ralenti est trop rapide pour décortiquer les mouvements. Les 2 femmes exécutent une pirouette toujours l’une contre l’autre, si bien qu’une fois de l’autre coté, Cat se retrouve en dessous et Ronda à moitié à cheval sur ses épaules et sa tête.

La pirouette, pour se défaire de l’attaque de Cat était si rapide et acrobatique que j’ai un peu craint que Ronda ne se casse un bras à la suite de ce mouvement brutal.
Cette dernière marque un temps de pause, toujours en position dominante sur Cat, puis nous enchaine un mouvement venu de je ne sais quelle planète, pour juste avec la force de sa jambe immobiliser tout le corps de cat. Ne lui reste plus qu’à finaliser sa clé de bras d’une seule main presque.

Zingano n’a pas pu faire le moindre geste pour se défendre et se dépêtrer de cette position fort inconfortable. Elle n’a même pas le temps de se rendre compte de la situation que la douleur tout au long de son bras la force à taper sur le tapis, signant par ce geste son incapacité à renverser la situation mais surtout son abandon dès le 1er round.

Après une minute pour me remettre de cette énorme surprise (pas dans l’issue du combat car j’ai misé sur Rousey, mais sur la rapidité de la confrontation), je peux enfin faire un débrief du fight.

Cat Zingano a voulu prendre le match à son compte, on ne peut pas lui en vouloir pour cela, qui ne l’aurait pas fait à sa place pour se donner une chance de battre la championne ?
Elle dicte son jeu pour ne pas subir et se dit que la seule façon de la battre et de l’attaquer et la harceler mais pas au 2è ni 3è et encore moins au 4è et 5è round; non sa tactique est de mettre la pression dès la première seconde du premier round. C’est légitime venant d’une gagnante comme elle.

Mais les faits sont là, en voulant gagner vite, elle a perdu encore plus vite.
Elle vient tout simplement de rentrer dans les annales de l’UFC en concédant la défaite par soumission la plus rapide de l’histoire du free – fight féminin et dans une finale pour la ceinture de surcroit.
On parle là de 13 secondes uniquement !
C’est l’équivalent de juste un unique assaut, rien de plus. Inutile de vous préciser que Ronda Rousey n’a pas eu le temps de recevoir un seul coup ni même de transpirer.
Elle était prête, elle est venue et a bouclé l’affaire en juste 13 secondes chrono. Tout est dit.

Elle dira humblement au micro après match que cette combinaison elle l’a essayé à l’entrainement et que ce soir elle l’a passé et ça a marché, simple à dire comme cela mais elle nous a prouvé par A + B qu’elle maitrise son sujet avec brillo.
Elle mérite son titre de championne et rentrera encore chez elle sa ceinture à l’épaule.
Son palmarès s’étoffe d’une victoire supplémentaire mais quelle victoire, une soirée dont elle se souviendra longtemps tout comme nous on se souviendra de son sourire épanouie ce beau soir de match.

Quant à Cat Zingano, son désespoir fait peine à voir. Le commentateur sportif insiste pour lui demander ce qui a bien pu se passer. Elle même l’ignore tant sa déception est grande ce soir. Elle voudrait tout oublier et que rien ne ce soit passé mais on ne peut pas refaire le monde avec des si.
Son désir est de tout recommencer, mais Dana White ne peut donner en claquent des doigts une chance à toutes les prétendantes. Elle a eu sa chance mais n’a pas su la saisir comme elle aurait voulu. Il lui reste à prouver qu’elle pourra remonter dans l’octogone pour une autre finale de titre. Cela passera forcément par beaucoup de combats à 3 rounds avant de décrocher un autre combats à 5 rounds.
Elle est jeune, elle est persévérante, elle doit tirer leçon de cette défaite et s’en servir pour mieux rebondir.
Si elle revient, ce dont je ne doute pas, on sera là pour assister à sa revanche.

Mais Ronda Rousey de son côté ne va pas se reposer sur ses lauriers en attendant son retour probable. Non elle va retourner elle aussi à la salle pour suer, souffrir et martyriser les pao et les punching ball, car elle sait qu’une dizaine de Zingano se poussent au portillon et rêvent de la destituer et de lui ravir sa ceinture.
A ses débuts dans le circuit, son but était de détenir la ceinture, depuis il est désormais de la conserver.

footroom |
hadygo |
LAMBESC RAID AVENTURES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AS.KARATE-DO Noyers-sur-Cher
| Coach sportif, à domicile, ...
| lodz