Spartacus S2

Spartacus S2 dans Divertissement Spartacus_Vengeance_Photos_promotionnelles_et_poster_officiels_photo_4-e80ca-300x204Relooking extreme pour le Thrace

 

Après une S1 palpitante et une préquel qui nous a permis de patienter un peu, Steven De Night nous a offert une S2 pleine de rebondissements. D’abord il a fallut s’acclimater au nouveau gladiateur Spartacus. Après le décès de d’Andy c’est toujours un acteur Australien qui a repris le flambeau de la rébelion en la personne de Liam Mc Intire.

On a perdu un peu en charisme et surtout en musculature au change mais je suis certain que son tempérament va se réveler moins modéré et respectueux face au joug écrasant de l’empire Romain dans la S3. Durant  cette saison intitulée Vengeance, le leader des esclaves révoltés est encore bien sage et remplit de vertus envers des maitres qui les traitent comme de la vermine et font preuve d’une cruauté sans commune mesure. Humiliations quotidiennes, sévices physiques et sexuels, harcellements morales, tout est prétexte à rabaisser les esclaves.

Je dois dire que j’ai avalé chaque épisode jusqu’à la fin puis me suis retapé toute la série une nouvelle fois. Cela va être dur d’attendre la sortie de la S3 prévu pour fin 2012, début 2013. Dans ce S2, je salue la prestation remarquables de Ashur le félon Syrien et de Glaber l’unique responsable des malheurs du héros. Sans ces 2 personnages avouez que l’intrigue serait bien maigre. Presque tout repose sur eux car la tenacité de l’un et la traitrise de l’autre vont de pair pour pister et traquer Spartacus et sa horde de rebelles en fuite. Leurs disparitions dans l’épisode … sous – entend implicitement que les réalisateurs vont devoir trouver des personnanges à leur hauteur pour relever le glaive contre les esclaves. Ces 2 rôles seront respectivement ceux de Jules César jeune (le même que dans Axtérix) et d’un certain noble nommé Crassus qui n’est autre que celui qui vaincra Spartacus, du moins selon les récits historiques.

Le personnage que j’apprécie également est celui du Champion du Préquel, j’ai nommé l’unique Ganicus. Fidèle à lui même, toujours souriant, ne se souciant que de sa personne, et redoutable guerrier dans l’arène. N’a- t – il pas en effet gagner sa liberté en démontrant sa bravoure au combat dans les arènes. Il semble loin des préoccupations de ses frères d’armes et pourtant il n’aura de cesse après la mort de la femme d’Oeunemaus (Doctore), d’essayer de regagner la confiance de ce dernier. Malgré lui, il sera au final aux côtés de ses compagnons d’armes alors qu’il clamait haut et fort que cette bataille n’était pas la sienne et qu’il n’avait aucun intérêt à mettre sa vie en danger pour des causes qu’il ne cautionnait pas. Que dire aussi des mercenaires sanguinaires et efficaces d’Ashur, leur efficacité au combat est aussi spectaculaire que leur facilité à changer de maitres quand l’aspect pécuniaire  est avancé. 

Ma critique concerne les décors, le budget de la production justifie t-il le fait que toutes les scènes, ou presque, se déroulent en huit clos ? C’est sombre partout, il est vrai que le néon ou l’hallogène n’étaient pas encore à la mode mais les scènes à l’extérieur se résument à la cours du ludus de Batiatus, l’arène de Capoue et le bois au pieds du mont Vésuve; pour ainsi dire pas grand chose si l’onconsidère le nombre d’épisodes que comptent la S1, la préquel et la S2. A quand les grandes batailles épiques sur un terrain à découvert en plein jour comme dans la version avec Kirk Douglas ? Les costumes et les accessoires méritent qu’on les mette un peu plus en lumière à moins qu’il y ait quelquechose à cacher.

Enfin, le héros étant libre est délivré de ses chaines, j’aurai aimé entendre ne serait-ce qu’une fois son vrai nom car Spartacus ou le Thrace ne sont que des prête – nom qu’il porte et que feu (mais pas regretté) Batiatus lui a donné le jour de son mémorable baptême sur les sables et dans le sang de l’arène.

Peut-être que cela viendra dans la S3 mais face aux fameuses légions  que le Sénat va envoyer pour mater cette rebélion qui mine l’honneur de la capitale romaine, les acolytes de Spartacus se comptent sur les doigts de deux mains. Il va falloir qu’il recrute un peu plus notre ami car les armées qui marchent sur lui dominent à cette époque une grande partie du monde, nous sommes en – 71 av. J-C. J’ose espérer pour se rapprocher au mieux de la réalité historique qu’il y aura des milliers d’autres esclaves et autres gladiateurs à ses côtés. Il est dit aussi que Batiatus ne comptait pas une dizaine de gladiateurs comme on le voit dans la série diffusée sur la chaine américaine Starz, mais plutôt 200 robustes gaillards aguérris aux méthodes de combats. 

Cette série, les taux d’audience et la commande d’une S3 le prouvent, est un réel succès pour ses réalisateurs et la chaine qui la diffuse. J’espère et l’avenir nous le dira qu’il se fera également une S4, histoire de contenter les fans de péplum. Après tout les Ricains ne sont t-ils pas habitués à nous servir des feuilletons sur parfois plus de 10 saisons d’affilé; même si nous parlons là d’un autre registre que « Les feux de l’amour ».

 

 

 

    

 


Archive pour avril, 2012

Spartacus S2

Spartacus S2 dans Divertissement Spartacus_Vengeance_Photos_promotionnelles_et_poster_officiels_photo_4-e80ca-300x204Relooking extreme pour le Thrace

 

Après une S1 palpitante et une préquel qui nous a permis de patienter un peu, Steven De Night nous a offert une S2 pleine de rebondissements. D’abord il a fallut s’acclimater au nouveau gladiateur Spartacus. Après le décès de d’Andy c’est toujours un acteur Australien qui a repris le flambeau de la rébelion en la personne de Liam Mc Intire.

On a perdu un peu en charisme et surtout en musculature au change mais je suis certain que son tempérament va se réveler moins modéré et respectueux face au joug écrasant de l’empire Romain dans la S3. Durant  cette saison intitulée Vengeance, le leader des esclaves révoltés est encore bien sage et remplit de vertus envers des maitres qui les traitent comme de la vermine et font preuve d’une cruauté sans commune mesure. Humiliations quotidiennes, sévices physiques et sexuels, harcellements morales, tout est prétexte à rabaisser les esclaves.

Je dois dire que j’ai avalé chaque épisode jusqu’à la fin puis me suis retapé toute la série une nouvelle fois. Cela va être dur d’attendre la sortie de la S3 prévu pour fin 2012, début 2013. Dans ce S2, je salue la prestation remarquables de Ashur le félon Syrien et de Glaber l’unique responsable des malheurs du héros. Sans ces 2 personnages avouez que l’intrigue serait bien maigre. Presque tout repose sur eux car la tenacité de l’un et la traitrise de l’autre vont de pair pour pister et traquer Spartacus et sa horde de rebelles en fuite. Leurs disparitions dans l’épisode … sous – entend implicitement que les réalisateurs vont devoir trouver des personnanges à leur hauteur pour relever le glaive contre les esclaves. Ces 2 rôles seront respectivement ceux de Jules César jeune (le même que dans Axtérix) et d’un certain noble nommé Crassus qui n’est autre que celui qui vaincra Spartacus, du moins selon les récits historiques.

Le personnage que j’apprécie également est celui du Champion du Préquel, j’ai nommé l’unique Ganicus. Fidèle à lui même, toujours souriant, ne se souciant que de sa personne, et redoutable guerrier dans l’arène. N’a- t – il pas en effet gagner sa liberté en démontrant sa bravoure au combat dans les arènes. Il semble loin des préoccupations de ses frères d’armes et pourtant il n’aura de cesse après la mort de la femme d’Oeunemaus (Doctore), d’essayer de regagner la confiance de ce dernier. Malgré lui, il sera au final aux côtés de ses compagnons d’armes alors qu’il clamait haut et fort que cette bataille n’était pas la sienne et qu’il n’avait aucun intérêt à mettre sa vie en danger pour des causes qu’il ne cautionnait pas. Que dire aussi des mercenaires sanguinaires et efficaces d’Ashur, leur efficacité au combat est aussi spectaculaire que leur facilité à changer de maitres quand l’aspect pécuniaire  est avancé. 

Ma critique concerne les décors, le budget de la production justifie t-il le fait que toutes les scènes, ou presque, se déroulent en huit clos ? C’est sombre partout, il est vrai que le néon ou l’hallogène n’étaient pas encore à la mode mais les scènes à l’extérieur se résument à la cours du ludus de Batiatus, l’arène de Capoue et le bois au pieds du mont Vésuve; pour ainsi dire pas grand chose si l’onconsidère le nombre d’épisodes que comptent la S1, la préquel et la S2. A quand les grandes batailles épiques sur un terrain à découvert en plein jour comme dans la version avec Kirk Douglas ? Les costumes et les accessoires méritent qu’on les mette un peu plus en lumière à moins qu’il y ait quelquechose à cacher.

Enfin, le héros étant libre est délivré de ses chaines, j’aurai aimé entendre ne serait-ce qu’une fois son vrai nom car Spartacus ou le Thrace ne sont que des prête – nom qu’il porte et que feu (mais pas regretté) Batiatus lui a donné le jour de son mémorable baptême sur les sables et dans le sang de l’arène.

Peut-être que cela viendra dans la S3 mais face aux fameuses légions  que le Sénat va envoyer pour mater cette rebélion qui mine l’honneur de la capitale romaine, les acolytes de Spartacus se comptent sur les doigts de deux mains. Il va falloir qu’il recrute un peu plus notre ami car les armées qui marchent sur lui dominent à cette époque une grande partie du monde, nous sommes en – 71 av. J-C. J’ose espérer pour se rapprocher au mieux de la réalité historique qu’il y aura des milliers d’autres esclaves et autres gladiateurs à ses côtés. Il est dit aussi que Batiatus ne comptait pas une dizaine de gladiateurs comme on le voit dans la série diffusée sur la chaine américaine Starz, mais plutôt 200 robustes gaillards aguérris aux méthodes de combats. 

Cette série, les taux d’audience et la commande d’une S3 le prouvent, est un réel succès pour ses réalisateurs et la chaine qui la diffuse. J’espère et l’avenir nous le dira qu’il se fera également une S4, histoire de contenter les fans de péplum. Après tout les Ricains ne sont t-ils pas habitués à nous servir des feuilletons sur parfois plus de 10 saisons d’affilé; même si nous parlons là d’un autre registre que « Les feux de l’amour ».

 

 

 

    

 

footroom |
hadygo |
LAMBESC RAID AVENTURES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AS.KARATE-DO Noyers-sur-Cher
| Coach sportif, à domicile, ...
| lodz